Assemblée de Dieu de Chambéry
4, rue François CACHOUD,73000 CHAMBERY | 04-79-62-07-50 |
06-21-13-00-34

Bienvenue à

Eglise Evangélique de Chambéry



Ce mois-ci [18/09/2018]


  • Dimanche 2 septembre jeûne et prière après le culte
  • Mercredi 5 septembre reprise des réunions d'évangélisation
  • Reprise des réunions d'évangélisation les troisième dimanche du mois à 16h


Journal de l'église de Chambéry du 01/09/2018


Qu'on le veuille ou pas, nous sommes en guerre sur le plan spirituel contre le mal, contre la puissance du péché et contre celui que la Bible nomme « le prince des ténèbres ».

Il n'est pas parti en vacances, bien au contraire, pour lui, ce temps de relâchement peut être un moment favorable pour essayer de nous éloigner de Jésus.

D'ailleurs, c'est le moment de reprendre les activités de l'église et s'y remettre n'est pas toujours facile.

En effet, nous sommes engagés également dans un combat contre notre propre nature qui aime tellement la tranquillité.

Nous aimerions que l'évangélisation se fasse gentiment, que la prière soit facile, que mettre en pratique la Parole de Dieu ne représente aucune difficulté, que la tentation n'existe pas, que la relation avec les frères et sœurs soit toujours sans problème et qu'offrir ou s'offrir à Dieu ne nous coûte rien.

Mais entre ce que l'on aimerait et la réalité, il y a une grande différence.

C'est un peu comme si un soldat partait à la guerre en espérant tomber sur des ennemis gentils et pouvoir gagner sans la moindre difficulté.

On peut rêver, mais le réveil risque d'être brutal, car l'ennemi n'est pas gentil et le combat n'est pas facile.

Tout à coup, on réalise que l'ennemi a pris le dessus dans les domaines de la santé, de la famille, du travail, dans nos relations avec les autres.

Il s'est infiltré partout et on est tellement faible, que l'on ne parvient plus à combattre pour remonter la pente.

C'est là que l'on a besoin de s'accrocher à Jésus et à l'église, mais c'est tellement plus facile de tout abandonner et de se lamenter sur son sort en rejetant la faute sur d'autres.

Alors puisque nous allons bientôt tous nous retrouver, que ce soit pour combattre ensemble le « bon combat » et si nous voulons tenir ferme, nous n'avons pas vraiment le choix et comme le dit un cantique : « revêtons l'armure et gagnons le pays ».

01/09/2018 —    Journal de l'église de Chambéry